Rien ne ressemble plus a la vive persuasion que le mauvais entetement: de la les partis, les cabales, nos heresies

Rien ne ressemble plus a la vive persuasion que le mauvais entetement: de la les partis, les cabales, nos heresies

L’on ne pense pas toujours constamment d’un aussi theme: l’entetement et le degout se suivent de pres.

Les belles choses etonnent, ainsi, les petites rebutent; nous nous apprivoisons avec les unes et les autres avec l’habitude.

Deux choses l’ensemble de contraires nous previennent egalement, l’habitude et la nouveaute.

Il n’y a rien de plus bas, et qui convienne plus au peuple, que de parler en des termes magnifiques de ceux memes dont l’on pensait tres modestement avant leur elevation.

J’ai faveur des princes n’exclut pas le merite, ainsi, ne le suppose nullement aussi.

Il semble etonnant qu’avec bien l’orgueil dont nous sommes gonfles, et la haute opinion que nous avons de nous-memes ainsi que la bonte de notre jugement, nous negligions de nous en servir pour prononcer sur le merite des autres. Notre vogue, la faveur populaire, celle du Prince, nous entrainent tel 1 torrent: nous louons ce qui est loue, bien plus que et cela est louable.

Je ne sais s’il y a rien au monde qui coute davantage a approuver et a louer que cela est plus digne d’approbation et de louange, ainsi, si la vertu, le merite, la beaute, nos bonnes actions, les beaux ouvrages, ont 1 effet plus organique et plus sur que l’envie, la jalousie, et l’antipathie.

Ce n’est pas d’un saint dont 1 devot sait dire du beaucoup, mais d’un autre devot. Si une belle femme approuve la beaute d’une autre femme, on peut conclure qu’elle a plus que votre qu’elle approuve. Si un poete loue les vers d’un autre poete, depuis a parier qu’ils sont mauvais et sans consequence.

Mes hommes ne se goutent qu’a peine les uns des autres, n’ont qu’une faible pente a s’approuver reciproquement: action, conduite, pensee, expression, rien ne plait, rien ne contente; ils substituent a la place de votre qu’on leur recite, de ce qu’on un dit ou de votre qu’on leur lit, ce qu’ils auraient fait eux-memes en pareille conjoncture, votre qu’ils penseraient ou ce qu’ils ecriraient concernant un tel sujet, ainsi, ils sont si pleins de leurs idees, qu’il n’y a plus de place Afin de celles d’autrui.

Le commun des hommes reste si enclin au dereglement et a la bagatelle, ainsi, individu est si plein d’exemples ou pernicieux ou ridicules, que je croirais assez que l’esprit de singularite, s’il pouvait avoir ses bornes et ne point aller trop loin, approcherait tri?s en droite raison et d’une conduite reguliere.

” on doit faire tel nos autres “: maxime suspecte, qui signifie presque toujours: ” il faut en gali?re Realiser ” des qu’on l’etend au dela de ces choses purement exterieures, qui n’ont point d’affilee, qui dependent de l’usage, d’la mode ou des bienseances.

Si les hommes sont hommes plutot qu’ours et pantheres, s’ils seront equitables, s’ils se font justice a eux-memes, ainsi, qu’ils la rendent a toutes les autres, que deviennent des lois, leur post et le prodigieux accablement de leurs anecdotes ? que devient le petitoire et le possessoire, ainsi, tout votre qu’on appelle jurisprudence ? Ou se reduisent meme ceux qui doivent bien un relief et toute un enflure a l’autorite ou ils seront etablis de faire valoir ces memes lois ? Si ces memes hommes ont en droiture ainsi que la sincerite, s’ils seront gueris en prevention, ou seront evanouies les disputes de l’ecole, la scolastique et des controverses ? S’ils seront temperants, chastes et moderes, que un sert le mysterieux jargon d’une medecine, et qui reste une mine d’or Afin de ceux qui s’avisent de le parler ? Legistes, docteurs, medecins, quelle chute Afin de vous, si nous pouvions tous nous apporter le commentaire d’etre sages !

De combien de grands hommes en differents exercices en paix et de Beyrouth aurait-on du se passer ! A quel point de perfection et de raffinement n’a-t-on nullement porte de Quelques arts et de certaines sciences qui ne devaient point etre necessaires, et qui paraissent au monde comme des remedes a tous nos maux dont notre malice reste l’unique source !

Que de choses depuis Varron, que Varron a ignorees ! Ne nous suffirait-il nullement meme de n’etre savant que tel Platon ou comme Socrate ?

Tel a un sermon, a une musique, ou dans une galerie de peintures, a entendu a sa droite et a sa gauche, via une chose precisement la meme, des sentiments precisement opposes. Cela me ferait dire volontiers que l’on va hasarder, dans tout genre d’ouvrages, d’y mettre le bon et le mauvais: le bon plait aux uns, et le mauvais aux autres. L’on ne risque guere davantage d’y mettre le pire: il a ses partisans.

Le phenix d’une poesie chantante renait de l’ensemble de ses cendres; il a vu mourir et revivre sa reputation en un aussi jour. Ce juge meme si infaillible et si ferme dans ses matchocean jugements, l’auditoire, a varie dans le sujet: ou il se trompe, ou il s’est trompe. Celui qui prononcerait aujourd’hui que Q** en un certain genre est mauvais poete, parlerait presque aussi en gali?re que s’il eut evoque depuis quelque temps: Il semble bon poete.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *